Pharmacie de Nassogne

Article: Mai 23 – Les différents types de sommeil

Nous l’affirmons ici : le sommeil, c’est la santé. Oubliez un instant le travail et ses tracas et découvrez dans ces quelques lignes le secret d’un sommeil efficace.

Quels sont les différents types de sommeil ?

Il existe différentes façons de classer les phases de sommeil, dont les trois principales sont:

 

  • le sommeil lent léger, qui correspond à l’endormissement progressif. À ce stade, un petit bruit suffit pour réveiller le dormeur.
  • le sommeil lent profond, qui présente des ondes cérébrales ralenties. Le dormeur est bel et bien dans les bras de Morphée, imperturbable quelles que soient les distractions autour de lui.
  • le sommeil paradoxal est caractérisé par les rêves. L’activité cérébrale est à son apogée et l’on observe des mouvements oculaires rapides (REM, Rapid Eye Movement). À l’inverse, le corps est parfaitement immobile.

 

 

La succession de ces trois phases constitue un cycle de sommeil qui dure quatre-vingt dix minutes environ. Au cours d’une nuit, nous enchaînons environ cinq de ces cycles. La nature étant bien faite, la seconde moitié de la nuit présente des plages de sommeil paradoxal de plus en plus longues. Cela vous facilite le réveil.

Quelle est l’importance de chaque type de sommeil pour la santé ?

Chaque cycle débute avec l’endormissement, qui prend quelques minutes seulement, suivi du sommeil lent léger. Il parachève le travail cérébral de la journée en formant de nouvelles connexions neuronales. C’est aussi à ce moment que votre mémoire à long terme prend forme.

 

Lorsqu’on parle de dormir d’un sommeil réparateur, c’est surtout du sommeil profond qu’il est question. C’est l’heure pour votre corps de se refaire une beauté intérieure. Le cerveau évacue les toxines et fait ses réserves en prévision de nouveaux apprentissages,  le système immunitaire veille et les hormones de croissance renforcent votre masse musculaire et prennent soin de vos os.

Le sommeil paradoxal reste mystérieux à bien des égards. Il est en jeu dans la mémorisation et permettrait de trier les émotions et vécus de la journée. Tout laisse à penser qu’il sous-tend notre bonne humeur.

 

Quels sont les impacts sur la santé associés à chaque type de sommeil ?

 

D’après une étude réalisée dans le cadre de la Journée internationale du sommeil en 2018, plus de 80% de Belges déclaraient dormir moins que le minimum recommandé de sept heures et demie par nuit.

 

Outre les symptômes désagréables du manque de sommeil tels que les troubles de l’humeur ou encore une vigilance au plus bas, d’autres conséquences, moins visibles mais tout aussi réelles, existent :

 

  • un risque plus élevé de développer des maladies cardiovasculaires,
  • une augmentation de près de 30% du risque de diabète,
  • un risque accru d’infections ainsi que de certains cancers.

 

Les troubles du sommeil : quelles en sont les causes ?

Les facteurs en cause dans les perturbations du sommeil sont aussi nombreux que variés. En première ligne, le stress a un potentiel dévastateur sur la qualité de vos nuits. Si vous souffrez de stress ou de fatigue chronique, il convient d’attirer l’attention d’un médecin qui vous aidera à trouver des pistes adaptées à votre situation

 

Notre alimentation est également en cause, étant souvent trop riche en sucres et en graisses, ce qui peut entraîner une digestion difficile et nuire à la qualité de notre sommeil.

Il convient également d’éviter les produits excitants car ils peuvent perturber l’action de la mélatonine, hormone responsable du sommeil. En adoptant un régime alimentaire plus sain, vous verrez rapidement des effets positifs.

 

Certaines pathologies peuvent également altérer la qualité de votre sommeil. Les conseils de votre médecin vous aideront sûrement à dormir de manière plus sereine.

 

Enfin, ce sont parfois des habitudes préjudiciables à l’endormissement qui sont la cause d’un mauvais sommeil. Trop de bruit, de lumière ou de chaleur peuvent engendrer des insomnies.

 

Que faire pour améliorer votre sommeil ?

 

Tout d’abord, certaines règles sont à observer. En ce qui concerne :

  • les écrans, il est recommandé de les éteindre une heure avant l’heure du coucher.
  • la chambre à coucher, la température idéale avoisine les 18 degrés Celsius.
  • l’activité physique, pratiquer une gymnastique douce quelques heures avant d’aller au lit permet de récupérer au mieux. Cependant, une activité physique régulière est conseillée pour favorisée un bon sommeil.
  • la régularité, des horaires de coucher réguliers ainsi qu’un rituel du soir aident votre corps et votre esprit à trouver le calme en prévision de la nuitée.
  • l’alimentation, optez pour des produits frais de préférence, moins riches et plus nutritifs. Évitez également de manger trop lourd juste avant l’heure du coucher.
  • l’absence de sieste, elle est primordiale si vous êtes sujet aux insomnies.

 

  • Certaines autres pratiques permettent de vous endormir plus facilement, telles que la méditation ou encore la diffusion d’huiles essentielles aux effets plutôt soporifiques comme l’orange douce ou la lavande vraie.

 

Pour récapituler, le sommeil est la pierre angulaire de votre capital santé. Elle dépend de bien des facteurs, tant physiologiques que psychologiques. Sachez cependant qu’une bonne hygiène de vie vous permet de profiter de nuits réparatrices. Les conseils ci-dessus sont bénéfiques pour la qualité de sommeil, que vous commenciez par en mettre en place un, plusieurs ou tous à la fois. Nous vous souhaitons une belle nuit étoilée.

 

Lire cet article ne remplace pas une consultation médicale. Prenez toujours contact avec votre médecin et demandez conseil auprès de votre pharmacien.

L’article Mai 23 – Les différents types de sommeil est apparu en premier sur Création de sites web pour pharmacies – MediaPharma.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Articles récents

Comment faire passer la migraine

Migraine : les symptômes, les traitements et les gestes préventifs La migraine est un type de céphalée extrêmement fréquent qui peut affecter les adultes, les